Vous êtes ici > Ville de Hannut > Tourisme > La ville et ses villages > Hannut

Hannut

Hannut était déjà occupé à l’époque néolithique et traversé à l’époque romaine par le diverticulum appelé plus tard « Voie de Liège » ou « Chemin de Liège ». Situé aux confins de la principauté de Liège, face au Brabant et à Namur, la ville, de par sa position stratégique, fut souvent investie, pillée et incendiée.

La rue du Ballon

Notons qu’au début de 13ème siècle, le Duc Henri 1er de Brabant avait octroyé à la bourgade, qui s’était constituée autour d’un château actuellement disparu, le titre de ville et des armoiries. L’existence de ce château est attestée dès le 12ème siècle.

Hannut devint chef-lieu de canton judiciaire dans le département de l’Ourthe, à la révolution française. Elle perdit ce titre en 1801 au profit d’Avennes, pour le retrouver en 1920 (loi du 25 avril 1920). Elle constitue alors le centre administratif, judiciaire, scolaire et commercial du canton. Sous le régime hollandais, Hannut avait le titre de Ville, titre qu’elle perdit à la révolution française. Elle vient de le retrouver par la loi du 21 juin 1985.

Si Hannut a perdu quasi toute trace de son histoire moyen-âgeuse qu’évoquent les seules rues des Remparts (Vieux Remparts et Remparts Saint Christophe), la conception gothique de la nef de l’église et du choeur à abside à trois pans remonte au 14ème siècle. 

Statue de Saint-christophe

L’imposante tour trapue et massive fut rebâtie une première fois en 1611, puis reconstruite en 1733. De 1878 à 1883, l’architecte gantois A. Van Assche fut chargé de restaurer en profondeur le sanctuaire. De cette époque datent aussi les remaniements de la nef. La tour et le choeur sont protégés par le classement depuis 1933. 

La remarquable statue de Saint Christophe qui se trouve à l’intérieur de l’église date aussi du 14ème siècle. Haute de 3,40 mètres, en bois polychromé, elle est taillée d’une seule pièce dans un bloc d’arbre.

Saint Christophe était suivant la tradition invoqué contre la peste. Cette maladie ayant disparu dans nos régions, il est devenu le protecteur des usagers de la route. Le traditionnel et célèbre pèlerinage du premier dimanche d’août ainsi que le gymkhana automobile, font partie depuis longtemps des traditions hannutoises. 

Le « chemin de vie » (chemin de croix) présentant en douze tableaux des moments de la vie de Jésus-Christ a été commandé au célèbre artiste Costa Lefkochir et installé en l’église le 18 octobre 1996.

Les bâtiments remarquables

Chateau Snyers

Le Château Snyers, ou Cense du Marquis de la Valette, est bâti à l’emplacement du vieux château détruit en 1635 et est composé d’un beau corps de logis bâti en briques au 18ème siècle.

Le Couvent des Clarisses, construction récente de 1953. La chapelle est dédiée à la Vierge des pauvres (petite statue au-dessus de l’entrée du monastère). Havre de paix et de prières, ceux qui le souhaitent peuvent s’y recueillir. Ils y verront un Christ, moulage de plâtre d’un Christ du 14ème siècle provenant du musée du Louvre à Paris, dont l’original se trouve à la cathédrale de Sens, ainsi qu’une statuette de la Vierge.

Chateau Mottin

La Cense des Dames, ancienne propriété des Dames de l’abbaye de Saint Victor de Huy, d’où son nom. Modèle de très grosse cense, bâtie en carré autour d’une cour pavée avec porte cochère donnant seule accès à l’extérieur.

Le château-ferme du Chera fut acquis le 27 février 1905 par Jean Mottin, bourgmestre de Hannut, qui lui donna l’aspect que nous connaissons maintenant. Baptisé Château Mottin, il devint l’hôtel de ville de Hannut, siège de l’administration communale, à la première fusion des communes le 1er janvier 1971.

Le couvent des pères Croisiers, de style néo-gothique, construit en 1903 en briques et calcaire, est doté d’une jolie chapelle.

Copyright © 2010 Ville de Hannut. All rights reserved.